Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/105

Cette page n’a pas encore été corrigée



Il te reste ignoré !… Tu t’en vas, désormais,
Enviant ceux qu’il trompe ;
Te voilà de son temple exilé pour jamais,
Sans avoir vu sa pompe.

Du royaume interdit, où tous auront vécu,
Tu sors sans le connaître ;
Gardant une blessure, ô douloureux vaincu !…
Et des remords, peut-être !

Mais, royaume ou prison, ton cœur s’en est banni ;
« Voici les froides heures.
Hélas ! ce mal de moins laisse un vide infini,
Et déjà tu le pleures.

Rien au fond de ton âme et rien autour de toi !
La nuit, la nuit commence ;
La nuit d’hiver, dont l’homme aborde avec effroi
La solitude immense.

Ici, l’horrible mort moissonna sans pitié
Dans le champ de ta race ;
Là, tu lis sur les fronts que la sainte amitié
Fuit sans laisser de trace.

Va, pleure et ne crains pas ! Ta voix au loin se perd ;
Car l’oubli t’environne.