Ouvrir le menu principal

Page:Laprade - Les Symphonies - Idylles héroïques, Lévy, 1862.djvu/104

Cette page n’a pas encore été corrigée


L’automne a sur tes yeux mis son premier brouillard ;
Voilà ta main qui tremble !

Ah ! vieillir, sentir poindre en son cœur la saison
Stérile et monotone ;
Voir déjà, quand l’été fut sans fleur ni moisson,
Neiger un froid automne !

Tu n’as pas de tes jours bu la douce liqueur,
Tu vas goûter la lie ;
Tu bois ce fond amer qui reste sur le cœur
Et jamais ne s’oublie.

Tu rêvas tout ! l’amour, la vertu, le savoir,
Et l’épée et la lyre.
L’amour ! Était-ce lui ?… Tu subis son pouvoir
Assez pour le maudire.

Il t’a brisé ! tu fuis ; ta stoïque raison
Le juge et le déteste ;
Il t’abreuva de fiel… et de son doux poison
L’ardente soif te reste.

Lui qui t’a si souvent baigné de pleurs amers,
Brûlé d’un flot de lave ;
Lui qui sur tes beaux jours a fait peser des fers
Et t’a vu son esclave,