Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.


billon, avec la sensation de n’avoir jamais rien de solide sous les pieds.

Tous les hommes trouvent le moyen de se pousser à quelque chose. Je ne suis qu’un pauvre homme rebelle à toute culture et je n’arrive à la considération par rien.

Je n’aspire qu’à être le contraire de ce que désirent être les hommes tout en faisant honneur à ma nourrice.