Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/165

Cette page a été validée par deux contributeurs.


armes, ne les fourbisse point. Ramenez le peuple à l’usage des cordelettes nouées[1]. Faites en sorte que dans le peuple chacun trouve sa nourriture savoureuse et ses habits de tous les jours beaux et bons. Faites en sorte que le peuple trouve agréables ses usages et que le peuple se plaise à sa simplicité. Faites en sorte que, vos gens et ceux du royaume voisin pouvant s’apercevoir, le chant du coq et les aboiements des chiens pouvant s’entendre des deux côtés des frontières, vos gens arrivent à l’extrême vieillesse et à la mort sans avoir eu même l’envie de visiter le royaume voisin.

  1. L’usage de ces cordelettes n’a jamais été déterminé. Lao-tseu semble conseiller de ramener le peuple à la barbarie.