Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/146

Cette page a été validée par deux contributeurs.


nemi que de ne pas le considérer comme un ennemi.

Pour arriver à ce résultat de n’être l’ennemi de personne, j’en oublierais presque les trois trésors que j’ai déclaré posséder.

Voilà pourquoi quand deux armées en présence sont d’égale force, c’est celle qui donne des signes de pitié qui vainc.