Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/140

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LXVII



Dans l’empire, quand des hommes m’adressent la parole, tous ces grands enfants me font l’effet de dégénérés.

Ils ne sont que cela : de grands enfants. Voilà pourquoi, qu’ils soient ou non des dégénérés, depuis beau temps ils ne sont pour moi qu’une vanité.

Je possède trois trésors auxquels je tiens et qui d’ailleurs ne tentent personne.

Le premier, c’est mon parti pris d’aimer les hommes comme de grands enfants ; le second, c’est mon petit train ; le troisième, c’est ma timidité devant