Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’énergie et l’initiative, s’incorporent les petits royaumes.

Voilà pourquoi, sans pour ainsi dire se donner la peine d’être autre chose qu’au dessous de tout, les petits états donnent aux gros l’envie de les incorporer.

Voilà pourquoi la méthode à suivre consiste pour les uns à ne rien faire ou à faire un minimum d’effort pour annexer et pour les autres à faire un minimum d’effort ou mieux pas d’effort du tout pour se donner.

Le désir des grands royaumes ne doit pas aller au delà d’agglomérer et de nourrir des hommes. Le désir des petits royaumes ne doit pas aller au delà d’être admis à servir des hommes.

En principe, pour que le désir des grands et petits états soit satisfait il convient que d’un côté comme de l’autre l’action dépensée soit un minimum d’action.