Ouvrir le menu principal

Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LXI



Un grand royaume n’a pas plus de mal à s’arrondir qu’un fleuve à grossir dans son cours inférieur. Tous les petits états de l’empire, comme autant d’affluents, le gonflent.

La politique d’un grand royaume dans le monde est toute féminine.

Rien qu’en restant immobile[1], la femme vainc son mâle ; et son action est un minimum d’action.

Voilà pourquoi les grands royaumes, rien qu’en étant au-dessous de tout pour

  1. Les yeux baissés.