Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/88

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
86
LA MOISSON NOUVELLE


Et pour guérir nos yeux tout brûlés de leurs larmes,
Et nos cœurs que la vie écrase dans ses fers,
Te dévoilant à nous dans ta grâce et tes charmes,
Tu nous consoleras de tous les maux soufferts…
Tu nous appelleras à toi. Comme une mère
Berce son doux enfant sur son cœur maternel,
Tu nous endormiras dans tes bras de lumière.
Et tu nous chanteras un cantique éternel !…