Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
LA MOISSON NOUVELLE


FANTAISIE SUR L’ÉTÉ




Ecoutez le pinson chanter au fond du bois,
Et le ruisseau courir sous les feuilles légères ;
Voyez le vent jouer au milieu des fougères,
Et former dans la nuit son chœur aux mille voix…

Juillet bientôt va rire aux éclats dans les branches ;
Les rêveurs vont fouler le sentier reverdi,
Les mondains, souriants, le cœur ragaillardi,
Mettront habits nouveaux et chapeaux des dimanches.