Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
20
LA MOISSON NOUVELLE


Rois du pays, magnifiques érables,
Qui possédez des rameaux adorables
Pleins de musique et de gazouillements,
Mer de frissons, divins scintillements,
Joyeux ruisseaux courant sous les fougères,
Chansons d’un jour et gloires passagères,
Lointains charmeurs, ombrages ajourés,
Bois adorés !

Je vous admire aux tristes jours d’automne,
Aulnes tremblants, grands cèdres que festonne
Le houblon rose aux grands bras enlaçants,
Et la fougère aux rameaux frémissants,
Longs peupliers, rhodoras, linaigrettes,
Larges bouquets, délicates aigrettes
Que le ciel met au front des monts dorés,
Bois adorés !