Ouvrir le menu principal

Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
164
LA MOISSON NOUVELLE


Dans cette paix, parmi ces choses qui suffirent
À ceux qui ne voulaient que se faire ignorer,
Disparaîtront tous ces êtres faux qui nous firent
Pleurer…

Loin de tous les regards, loin du monde et des hommes,
Un candide horizon venant remplir nos yeux,
Peut-être pourrons-nous oublier que nous sommes
Très vieux…

Et soustraits au mensonge, aux louanges, au blâme,
Sauvés de tout, par le grand calme triomphant,
Nous pourrons, peu à peu, reconquérir notre âme
D’enfant…