Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IX

JE SUIS SPIRITISTE !


— Ainsi, dit le mandarin en passant son bras sous celui de Durand, vous n’êtes ni matérialiste ni chrétien ; je croyais que ces deux doctrines résumaient en France toutes les idées religieuses et philosophiques. Prenez la peine de m’instruire, mon ami, car je suis un ignorant.

Le jeune littérateur parut se recueillir. Après un long silence, il répondit :

— Puissent mes convictions pénétrer dans votre cœur ! Les vues de la Providence sont mystérieuses et sages ; qui sait si vous n’êtes