Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/260

Cette page a été validée par deux contributeurs.

247
LE MANDARIN

photographes une sainte horreur, mais depuis que j’ai constaté les résultats obtenus par David, je prédis à la photographie un magnifique avenir !

— Démolira-t-elle la peinture ? demanda Lefranc.

— Non, mais elle supprime d’emblée les gâcheurs.

Les amis du jeune Chinois furent très-sensibles à cette attention et l’en remercièrent chaleureusement.

Bientôt, quoiqu’on l’eût retardé de mille manières, le moment de se séparer arriva.

— Merci à vous tous, balbutia Pé-Kang, merci !

Et il n’en pouvait dire davantage, et personne ne songeait à lui demander autre chose.

Martial, dont la verve s’était brusquement éteinte, prit tout à coup les mains de Pé-Kang, l’embrassa, et s’enfuit a toutes jambes. Puis les adieux se succédèrent, et enfin Didier resta seul