Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/250

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XX

PREMIERS ADIEUX


— Ainsi, disait tristement le mandarin, tous mes beaux projets d’alliance intellectuelle entre la Chine et la France se sont envolés dans la région des chimères.

Didier fut, comme toujours, le confident des désespoirs du jeune Chinois.

— Maintenant que la guerre est déclarée entre nos deux pays, peut-être refuserez-vous d’entretenir nos bonnes relations, demandait Pé-Kang ;