Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

12
LE MANDARIN.

En voici la traduction exacte :

Aux miens, dans le temps, le meilleur de mon cœur !

I. — L’homme supérieur est celui qui possède la science des choses, c’est-à-dire celui qui sait se faire une idée juste des connaissances qu’il a acquises et de celles qui lui restent à acquérir. Celui-là n’est point appelé vers les choses vulgaires. En se livrant à l’étude de la sagesse, l’homme supérieur ne doit pas s’inquiéter des avantages qu’il peut tirer de cette étude ; il mettra la recherche du vrai au-dessus de tout. Il se montrera brave sans forfanterie, résolu au jour du danger ; il ne se livrera à aucun excès, même dans le bien ; il ne s’abusera jamais sur la limite de ses devoirs, et il ne sacrifiera pas sa vie pour celle des autres inconsidérément, car la générosité outrée est un défaut ; il essayera de se tenir dans la voie de la droite raison ; il aimera son prochain comme lui-même et non davantage ; il rendra la justice pour l’injure, le bienfait pour le bienfait : rendre le bienfait pour