Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

227
LE MANDARIN.

mes, glissant a travers ses doigts, roulèrent sur son vêtement noir.

Un lourd silence pesait sur le cœur du mandarin et sur le cœur de Didier. Pé-Kang s’étant levé, le philosophe prit une des mains du Solitaire et sortit après avoir prononcé doucement un seul mot : Adieu !