Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/22

Cette page a été validée par deux contributeurs.

9
LE MANDARIN.

avait enseigné la vertu. On lui fit des funérailles impériales.

Nulle figure dans l’histoire d’aucun peuple n’efface cette douce et bienveillante figure de Koung-Tseu. Ce fut le génie le plus pratique et le plus réellement humain de tous les temps.

Lorsqu’un officier de robe passe devant un collège au frontispice duquel est écrit le nom du maître, il descend de son palanquin et fait quelques pas à pied dans la rue pour rendre hommage à Confucius.

Pé-Kang était issu de Koung-Tseu par les femmes. Une des filles du philosophe avait épousé Kong-Tchi-Tchang ; le mariage s’était fait en prison ; mais, comme il est dit dans le Lun-Yu, « Kong-Tchi-Tchang pouvait se marier, car il n’était pas criminel. »

Ko-Tsi, père de Pé-Kang, avait épousé la belle Mong-Tseu.

Ni l’un ni l’autre ne virent grandir leur fils ; tous deux le laissèrent de bonne heure orphelin et à la garde du fils du ciel.