Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/189

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

176
LE MANDARIN.

— Les hommes que vous voyez, lui disait le général, sont formés en six mois.

— C’est à n’y pas croire.

— Je n’exagère rien pourtant. Ils nous arrivent des régiments en garnison dans nos provinces, et nous ne les choisissons pas ; ce sont des hommes de bonne volonté qui désirent s’instruire. Nous exigeons seulement qu’ils soient gradés, afin de pouvoir, à leur retour, devenir sous-officiers-instructeurs.

— Quoi ! l’homme acquiert en six mois cette légèreté qui le rend supérieur aux animaux les plus souples ? c’est vraiment extraordinaire. Quel obstacle pourrait arrêter ces braves ? disait le jeune Chinois. Ils escaladent les murs, franchissent les barrières, et…

— Et, s’empressa d’ajouter le général C…, ils s’entr’aident avec un amour et une confiance qui développeront infailliblement en eux le sentiment de solidarité, la plus grande vertu du soldat.

On passa bientôt à des exercices d’armes. Ce furent de nouvelles exclamations ! Une crosse