Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XIII

AU CERCLE


Un matin, Pé-Kang reçut de Didier la lettre suivante :


 « Cher mandarin,


« Ce soir, vers neuf heures, j’irai vous prendre, et, si vous y consentez, je vous conduirai à mon cercle. Je veux vous faire faire la connaissance de deux hommes d’une grande distinction, que vous rencontreriez difficilement dans le monde.


« Bien à vous,

« Didier. »