Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

138
LE MANDARIN.

peu, il me semble, de la toilette des femmes, et je crois que du blanc, du rouge et du noir sur le visage d’une épouse, d’une maîtresse ou d’une fiancée, doivent être fort désagréables à voir.

— Les femmes, répondit madame de Fl…, ne s’habillent et ne cherchent à s’embellir que pour provoquer l’envie des femmes. Il faut con venir que nous nous détestons de bien bon cœur !

— Je me demande, madame, et vous seule pouvez éclairer mon entendement a cet égard, comment les femmes françaises qui sont toutes, j’en conviens, plus intelligentes que nos Chinoises, peuvent s’incliner devant cette sotte puissance qu’on appelle la mode, puissance bizarre, capricieuse, ridicule ?

— La mode, monsieur, a conquis chez nous l’autorité d’une loi. Moi-même, j’essaie en vain de me révolter contre ses exigences tyranniques. Lorsqu’elle m’apparaît avec son interminable cortège de mannequins vêtus de jupons courts ou de robes à queues, de voiles et de draperies, de chapeaux et de bonnets, de cachemires et de