Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

132
LE MANDARIN.

perturbations dangereuses eussent bouleversé l’harmonie des choses, et les plus récalcitrants convinrent de donner une direction nouvelle à un courant nouveau. Donc, les femmes qui le veulent bien arrivent aujourd’hui, lorsqu’elles possèdent une valeur réelle, à dominer la malveillance et à imposer le respect… Mais en Chine, mon ami, vous êtes bien loin de tout cela, et je vous conseille de dormir en paix.

Or, Pé-Kang, malgré le discours de Didier, et peut-être à cause de ce discours, garda toutes ses inquiétudes. Il continua de songer à la crise que Durand lui avait prédite, et il voulut juger seul de son imminence. Il essaya de se renseigner et d’interroger lui-même.

Il vit des femmes intelligentes qui lui parurent avoir conscience du danger. Une, entre autres, tout a fait supérieure, que ses écrits avaient mise au rang des penseurs les plus distingués, lui dit, a la suite d’une conversation sur les femmes :

« — Nous pourrions, dès à présent, devenir très-utiles sans sortir de notre rôle d’élégance