Page:Lambert - Le Mandarin.pdf/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XII

CAUSERIES


Pé-Kang était-il venu de Chine uniquement pour s’occuper de cette question des femmes ? Non, sans doute ; et j’affirme qu’au départ il n’en soupçonnait pas le premier mot. Mais tout l’y ramenait forcément : on eût dit un cercle fatal. Le mandarin finit par en perdre le sommeil.

Quelques jours après la démonstration de son ami Durand, il rencontra Didier sur le boulevard.

— Je ne vous vois plus, dit le philosophe ; que devenez-vous ?