Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE V.

Du tissu cellulaire, considéré comme la gangue dans laquelle toute organisation a été formée.

À MESURE que l’on observe les faits que nous présente la nature dans ses diverses parties, il est singulier de pouvoir remarquer que les causes, même les plus simples, des faits observés, sont souvent celles qui restent le plus long-temps inaperçues.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on sait que tous les organes quelconques dans les animaux sont enveloppés de tissu cellulaire, et que leurs moindres parties sont dans le même cas.

En effet, il est reconnu, depuis long-temps, que les membranes qui forment les enveloppes du cerveau, des nerfs, des vaisseaux de tout genre, des glandes, des viscères, des muscles et de leurs fibres, que la peau même du corps, sont généralement des productions du tissu cellulaire.

Cependant, il ne paroît pas qu’on ait vu autre chose dans cette multitude de faits concordans, que les faits eux-mêmes ; et personne, que je