Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/463

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et de l'autre, à celle des mammifères amphibies, lesquels donnèrent lieu, à leur tour, à celle de tous les autres mammifères.

En effet, les poissons ayant amené la formation des reptiles batraciens, et ceux-ci celle des reptiles ophidiens, qui, les uns et les autres, n'ont qu'une oreillette au cœur, la nature parvint facilement à donner un cœur à oreillette double aux autres reptiles qui constituent deux branches particulières ; ensuite elle vint facilement à bout de former, dans les animaux qui furent originaires de chacune de ces branches, un cœur à deux ventricules.

Ainsi, parmi les reptiles dont le cœur a une oreillette double, d'une part, les chéloniens paroissent avoir donné l'existence aux oiseaux ; car, indépendamment de plusieurs rapports qu'on ne peut méconnoître, si je plaçois la tête d`une tortue sur le cou de certains oiseaux, je n'apercevrois presqu'aucune disparate dans la physionomie générale de l'animal factice ; et de l'autre part, les sauriens, surtout les planicaudes, tels que les crocodiles, semblent avoir procuré l'existence aux mammifères amphibies.

Si la branche des cheloniens a donné lieu aux oiseaux, on peut encore présumer que les oiseaux aquatiques palmipèdes, surtout parmi eux les brévipennes, tels que les pingouins et les