Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/363

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dont les parties sont continues et cohérentes dans tous leurs points, se compose, au contraire, d’une multitude inconcevable de parties distinctes et séparées, d’où résulte une quantité innombrable de cavités, infiniment diversifiées entr’elles par leur forme et leur grandeur, et qui paroissent distinguées par régions en nombre égal à celui des facultés intellectuelles de l’individu ; enfin, quelqu’en soit le mode, la composition de cet organe est encore différente dans chaque région ; car c’est dans chacune d’elles que s’effectuent les actes de chaque faculté particulière de l’intelligence.

L’examen de la partie blanche et médullaire de l'hypocéphale y a fait apercevoir des fibres nombreuses : or, il est probable que ces fibres ne sont pas, comme ailleurs, des organes de mouvement ; leur consistance ne le permet pas : on a plus lieu de croire que ce sont autant de canaux particuliers qui aboutissent chacun à une cavité qui seroit en forme de cul-de-sac, si les cavités dont il s’agit ne communiquoient entr’elles par des voies latérales. Ces cavités, imperceptibles pour nous, sont innombrables comme les filets tubuleux qui y conduisent, et on peut présumer que c’est sur la paroi interne de chacune d’elles que se gravent les impressions que le fluide nerveux y apporte ; peut-être y a-t-il aussi de petites