Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


enfin, que cette assertion est une erreur ; qu’elle ne s’appuie sur aucun fait ; et qu’on ne l’a faite que faute d’avoir conçu la nature des fonctions du système nerveux. la sensibilité n’est nullement le propre de la matière nerveuse, ni d’aucune autre, et le système nerveux ne peut avoir d’existence et exercer la moindre de ses fonctions que lorsqu’il se compose d’une masse médullaire principale de laquelle partent des filets nerveux.

Non-seulement le système nerveux ne peut exister, ni exécuter la moindre de ses fonctions, sans être composé d’une masse médullaire principale, qui contienne un ou plusieurs foyers pour fournir à l’excitation des muscles, et de laquelle partent différens nerfs qui se rendent aux parties ; mais nous verrons, en outre, dans le troisième chapitre, que la faculté de sentir ne peut avoir lieu, dans aucun animal, que lorsque la masse médullaire dont je viens de parler contient un foyer unique ; en un mot, un centre de rapport où les nerfs du système sensitif se dirigent de toutes parts.

À la vérité, comme il est extrêmement difficile de suivre ces nerfs jusqu’à leur centre de