Page:Lamarck - Philosophie zoologique 2.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de mouvement que celui des infusoires. cependant, la forme déjà régulière des polypes, et surtout la cavité alimentaire qu’ils possèdent, commencent à donner quelques moyens à la nature pour activer un peu leur fluide essentiel.

Elle en a probablement profité dans les radiaires, en établissant dans la cavité alimentaire de ces animaux, le centre d’activité de leur fluide essentiel. En effet, les fluides subtils, ambians et expansifs, qui constituent la cause excitatrice des mouvemens de ces animaux, pénétrant principalement dans leur cavité alimentaire, ont, par leurs expansions sans cesse renouvelées, surcomposé cette cavité, amené la forme rayonnante, tant interne qu’externe, de ces mêmes animaux, et sont, en outre, la cause des mouvemens isochrones qu’on observe dans les radiaires mollasses.

Lorsque la nature eut réussi à établir le mouvement musculaire, comme dans les insectes, et peut-être même un peu avant, elle eut alors un nouveau moyen pour activer un peu plus encore le mouvement de leur sanie ou fluide essentiel ; mais, parvenue à l’organisation des crustacés, ce moyen ne lui suffisoit plus, et il lui fallut créer un système d’organes particulier pour l’accélération du fluide essentiel de ces animaux, c’est-à-dire, de leur sang. C’est, en effet, dans les