Page:Lacerte - A la poursuite d'un chapeau, 1932.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
À la Poursuite d’un Chapeau

sonner. Tout à coup, on frappa à la porte de chez Mlle Martha Forester et George, qui alla ouvrir, se trouva en face de sa petite sœur.

— George, cher George, dit Viola, je viens m’assurer que tu vas tenir ta promesse et venir à l’église ce matin… Mais oui, car je vois que tu as revêtu tes habits des dimanches. Tu viens, n’est-ce pas ?

— Ai-je déjà manqué à ma parole, Viola ? J’avais promis, tu sais !

— Au revoir, alors, cher, cher grand frère ! dit Viola, en se suspendant au cou de George. Je vais beaucoup prier pour toi, George !

— Au revoir, petite sœur ! répondit George.

L’église était remplie de communiantes et de communiants, ce matin-là ; les fillettes d’un côté, les garçonnets de l’autre, et Viola fut une des premières à s’approcher de la Sainte Table.