Page:Lacaussade - Poésies, t1, 1896.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Édens ressouvenus en ce vallon des pleurs,
Soit pudeur ineffable, effroi plein de mystère,
Vague pressentiment des choses de la terre ;
Qui parmi nous n’a vu de ces êtres pensifs,
Subitement saisis de troubles convulsifs,
Hésiter et pâlir au seuil de l’existence,
Rouvrir avec terreur leurs ailes d’innocence,
Et, fuyant nos soleils comme on fuit le remord,
Se jeter tout tremblants dans les bras de la Mort ?