Page:Laberge - Le destin des hommes, 1950.djvu/99

Cette page a été validée par deux contributeurs.


PREMIÈRE MESSE


Pendant un séjour de repos de deux semaines dans un petit village de la province, on m’a raconté les détails d’une effroyable catastrophe qui s’est produite à cet endroit, il y a près de soixante-quinze ans, lors de la première messe d’un jeune prêtre, enfant de la paroisse. C’est cette tragique histoire que je veux raconter ici.

Jean Lebau était l’aîné d’une famille de quatre enfants, deux garçons et deux filles. Le père était cultivateur et exploitait une maigre terre qui, malgré un travail ardu, subvenait à peine aux besoins des six personnes qui comptaient sur elle pour la nourriture et le vêtement. L’on menait une petite vie comme tant d’autres et l’avenir s’annonçait précaire.

Jean était un enfant sérieux, intelligent, qui, le soir, demandait toujours à son père de lui raconter une histoire. Celui-ci aurait souvent préféré voir son fils aller dormir car il était à court dans son répertoire et il aurait mieux aimé fumer sa pipe en silence. Comme il affectionnait fort son aîné, il s’exécutait cependant, mais répétait souvent le même récit.

Alors que le petit marchait au catéchisme pour faire sa première communion, le curé qui interrogeait les enfants au hasard fut frappé par la perfection des réponses