Page:La Nouvelle Thérèse, ou la Protestante philosophe, 1774.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
74
LA NOUVELLE




CHAPITRE IV.


S’Il arrivoit à quelques vieux Célibataires de me reprocher dans ce Recueil de morale & d’Anecdotes Galantes, de n’avoir pas uni la prudence à la ſageſſe, & d’avoir peint les Monaſteres avec des couleurs un peu trop noires, je répondrois à ces Meſſieurs, que ne les eſtimant pas aſſez, ce n’eſt pas pour eux que j’ai écrit, que s’ils vouloient ſe donner la peine d’en appeller au Tribunal des Gens ſenſés, ils apprendroient du moins que ce n’eſt pas d’une Fille du Monde qu’on doit attendre de la prudence, encore moins de la ſageſſe ; ils ſauroient que je n’ai jamais paré la vérité d’ornements étrangers ; que j’aurois craint de bleſſer ſon front, en expoſant ſous les yeux des Lecteurs Philoſophes des faits non avoués, & dont j’ai été moi-mème le prin-