Page:La France foutue, 1796.djvu/8

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


EXORDE[1]

Foutre des nations, foutre de l’Univers,
Si je ne bande et fous, même en faisant des vers,
Jeune encor, j’ai connu lorsque j’étais imberbe,
Grand nombre de Ribauds de cette Cour superbe :
Le monarque en couillons regnait sur les Français
Ne songeant qu’à forger ; et, ne bandant jamais ;
Antoinette, sa femme, en Reine pudibonde
Bandait et déchargeait presqu’avec tout le monde.
D’Artois, Arthur Dillon, en remplaçant leur Roi,
Fourvoyaient ce beau con qui leur faisait la loi.

  1. Note de wikisource : L’Exorde est hors-texte et manuscrit.