Page:L’Impôt sur les célibataires.djvu/53

Cette page a été validée par deux contributeurs.

que les prêtres catholiques, apostoliques et romains ?

Si oui, il faut absolument accorder aux susdits prêtres, moines et moinillons la faculté de se marier, et par conséquent décréter un schisme, — ce qui ne sera probablement pas du goût de ceux de vos dévots et royalistes collègues qui en 1871 ont voté des prières publiques ; Si non, les prêtres, moines et moinillons jouiront d’un véritable privilège, incompatible avec la Constitution française, et qui vous fera regarder par vos électeurs comme un réactionnaire forcené, un partisan actif du rétablissement des dîmes et autres droits féodaux !

Jusqu’ici, nous avons vu les trois