Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 52 )


partement à part, nul importun, nul indiscret ne pouvaient nous interrompre. Je leur fis une proposition qui d’abord ne fut acceptée que de mon amie ; mais l’effet du Champagne eut bientôt applani toutes les difficultés et réalisé nos projets.

Constance et moi nous ne regrettions jamais rien pour satisfaire nos fantaisies, heureusement nous en avions les moyens ; elle prit une bourse qu’elle donna au gentil Lucas, sous la promesse de jouir avec elle, et moi je fis aussi mon cadeau à la fringante Lisette pour m’en laisser faire autant. Nous préludons alors au plaisir par les plus voluptueux attouchemens ; le vin avait allumé nos esprits ; nos attitudes irritaient encore plus nos sens, d’abord se sont les charmes de nos belles qui reçoivent nos hommages ; Lisette est la première que nous couchons sur un lit qui se trouvait fort à propos disposé pour