Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 9 )


accroupée sur ses genoux, le visage sur sa cassette, sa jupe et sa chemise retroussée jusques par dessus sa tête, se débattait en faisant mille efforts… Dieux ! que de charmes, son pied mignon renfermé dans un petit soulier jaune bordé d’un élégant velours noir, une jambe faite au tour couverte d’un bas de soie bien tiré attaché au-dessus du genou avec une rosette bleue… des cuisses d’albâtre entre lesquelles paraissait un duvet d’ébène qui bordait une ceinture de roses ; des fesses de satin, une croupe admirable… sa figure était charmante, son teint, quoiqu’un peu rembruni, faisait douter de la blancheur du reste, sa gorge était semblable à celle de Vénus, tel était le portrait de la chaste Lisette.

Lucas paraissait un Hercule : grand, leste, bien fait, vigoureux et supérieurement bien proportionné, se montrait