Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
( 7 )


je la soulevai légèrement à la hauteur convenable pour s’y placer. La saison était brûlante et ses vêtemens très-légers… Dieux ! que de charmes je pressai !… que de rondeur !… que de fermeté !… mes mains ardentes serraient deux globes qu’auraient adoré les trois rois… j’en glissai une vers le lieu si chère des hommes ; mais une main prudente en défendait l’approche… et mon bonheur s’évanouit.

J’ignorais ce qu’elle aperçut ; mais je la vis demeurer immobile sur la caisse où je venais de la placer. Elle me fit signe et je m’y plaçai auprès d’elle… ah ! quels objets ravissans, s’offrirent alors à notre vue !… une petite fenêtre de cette maison se trouvait ouverte ; des feuillages cachaient nos regards curieux aux yeux de ceux qui se trouvaient dans ce logis, nous fûmes à portée de tout voir et de tout entendre.