Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
( 125 )


chambre, je vais vous expliquer le fait. — Soit, lui répondit Constance. — Il faisait petit jour dans l’appartement, madame voulant se lever, m’ordonna de faire grand jour, j’ouvris les stores de cette fenêtre seulement ; j’ouvris aussi un côté des rideaux ; l’autre formait un ombre ; madame sortit de son lit la cuisse gauche la première ; je me baissai pour lui remettre sa pantoufle, et je trouvai en plaisantant que la cuisse, qui était au jour était plus blanche que l’autre qui était à l’ombre. — Point du tout, mal imaginé, Henriette.

La voluptueuse Constance, recherchait mes attouchemens, je les lui prodiguais ; son sein palpitait d’ardeur, elle se découvrait à mes yeux en poussant de profonds soupirs, elle m’offrait toutes les postures les plus lascives ; je bus même quelques verres de liqueur pour tâcher de faire

11.