Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/113

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
( 97 )


monde entier aurait en vain tenté de me faire lâcher prise, bientôt je transportai Lucile sur un lit, après avoir fermé la porte. Je la place dans la posture la plus voluptueuse : j’entrouvre sa coquille adorable, sa garniture touffue et frisée était couleur de châtain et cadrait parfaitement avec la rose de son centre, deux petits cygnes en forme de lentille se trouvaient au bas de ses bords ; on aurait dit que la nature les y eût peins exprès ; ce que je voulais y introduire ne put pénétrer dans ce séjour où nul mortel n’avait point encore eu le bonheur d’habiter ; Lucile était encore vierge, elle demeurait toujours évanouie.

J’aurais dû, je l’avoue maintenant, respecter sa situation et son innocence, cela fut impossible ; je hâtai sa défaite et mes plaisirs avec une vigueur qui m’était bien nécessaire dans cette occasion ; ce fut

9