Page:L’Enfant du plaisir, ou les délices de la jouissance, 1803.djvu/104

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 88 )

Au moment où je me levai, j’appris par mon valet, qu’un nombre infini de visites était venu, qui toutes s’en étaient retournées en me laissant un mot d’avis ; l’un était de Mme Constance, qui ne sait à quoi attribuer le motif d’une absence aussi longue, elle ne m’avait point vu depuis quinze jours ; un autre était de madame D…, marchande de modes, qui demandait, ainsi que l’on faisait aux ministres, le jour et l’heure où l’on pourrait me voir. Enfin, un autre de ma tante, qui m’avait attendu inutilement pour déjeuner, et qui me faisait dire que je ne manque pas de me trouver à dîner.

Je me dépitais contre moi-même ; je me disais avec humeur : quel danger d’être connu, on se fait des amis, ils vous envoient à la fois cinquante rendez-vous. Mais, puisqu’on ne peut suffire à tout, à qui faut-il que je donne la préférence ?