Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/82

Cette page n’a pas encore été corrigée


58 LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

19 r.

Comment la peinture surpasse toutes les œuvres humaines par la subtile spéculation qui lui appartient.

L'œil, fenêtre de l'âme, est la principale voie par où le commun sens peut simplement et magnifiquement considérer- les œuvres infinies de la Nature ; l'oreille est la seconde, s'ennoblissant par le récit de ce que l'œil a vu.

Si vous, historiographes, poètes, observa- teurs, vous n'aviez pas vu avec l'œil, vous ne pourriez rien rapporter dans vos écritures qui sont nées de la peinture.

Si toi, poète, tu figures une histoire avec la peinture de la plume, le peintre, lui, fera mieux avec le pinceau. Si tu appelles la peinture une poésie muette, le peintre dira de ton écriture que c'est une aveugle peinture.

Quel est le pire : aveugle ou muet ?

Si le poëte est libre, comme le peintre, dans ses inventions, il ne peut donner autant de satisfaction, parce que, si la poésie figure les paroles, le peintre donne les propres ressem- blances des formes. Qu'est-ce qui exprime le

�� �