Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/366

Cette page n’a pas encore été corrigée


^42 I-ES MANUSCRITS DE LEONARD DE VIN'CI

Pline attribue cette salure à ce que chaque partie douce étant enlevée, il reste la partie âpre. On dit encore que la salure est une sudation de la terre.

(La suite folio 49 r.).

Le sel est en toute chose créé.

On tire le sel des lieux où passent les pier- res et les vents marins sont salés.

49 r.

Les paroles qui ne satisfont pas l'oreille de l'auditeur lui donnent ennui ou chagrin et tu en verras l'expression maintes fois en de nombreux bâillements. Toi qui parles devant des hommes dont tu recherches la bienveil- lance, quand tu vois de tels effets d'impa- tience, abrège ou change de raisonnement : si tu fais autrement tu gagneras de la haine et de l'inimitié au lieu de la grâce désirée.

Si tu veux connaître ce dont quelqu'un se délecte sans l'entendre parler, change plu- sieurs fois de raisonnement et celui qui le rend attentif sans bâillements, mouvements de sourcils et actions semblables, sois certain que la chose dont tu parles est celle qui le délecte.

�� �