Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/350

Cette page n’a pas encore été corrigée


326 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCt

les branches et vers les extrémités ils tont peu d'ombre, parce que leurs petites feuilles sont rares et leurs branches minces.

9 v-

Les herbes à l'ombre des plantes ont leurs brins éclairés sur fond clair, c'est-à-dire sur le champ qui est au-delà de l'ombre.

10 r.

L'air se meut comme un fleuve et entraîne les nuages, comme l'eau courante entraîne tout ce qu'elle soutient. Si le vent pénétrait l'air et poussait les nuages, ceux-ci se con- denseraient entre l'air et le moteur et pren- draient un élan latéral aux extrémités oppo- sées, comme fait la cire entre les doigts.

Quelquefois la feuille a trois accidents ombre, lustre et transparence.

10 v.

Des feuilles obscures devant les transpa- rentes.

1 1 r.

Fig. : Tête d un cheval dajis l'eau.

Ce cheval fait moins d'écume en courant

�� �