Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/320

Cette page n’a pas encore été corrigée


296 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

14 V.

Moule et moulage d'arc.

15 r.

L'homme remuant un poids, fais attention aux lignes de ses mouvements de bas en haut, comme fait celui qui, se baissant, prend le poids en se redressant, ou bien comme celui qui traîne quelque chose, en arrière, ou le pousse en avant, ou le tire en bas avec une corde.

Le poids de l'homme entraîne autant que le centre de sa gravité est hors du centre de son support : à quoi s'ajoute la force des jambes et de l'échiné ployée, en se redressant.

15 v.

Il est possible que l'œil ne voie pas le lointain trop diminué, comme le fait la perspective naturelle, où les espaces diminuent suivant la courbure de l'œil qui coupe les pyramides entre des angles droits sphériques.

L'art que j'enseigne ici en marge coupe ces pyramides à angle droit sur la surface de la pupille.

�� �