Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/300

Cette page n’a pas encore été corrigée


276 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

Formation des fossiles.

Les inondations des fleuves limoneux dé- chargeaient les animaux vivant sous les eaux voisines des rivages marins; et ils s'impri- maient dans le limon et s'y enlisaient, mou- rant sous le poids et par la privation de leurs aliments ordinaires.

Lorsque la mer s'abaissa et que les eaux s'écoulèrent, le limon se durcit, devint pierre, et les coquilles se trouvèrent incrustées ; et par l'ouverture des coquilles le limon avait pénétré et ces coquilles restèrent entre la pétrification qui les enfermait et celle qu'elles contenaient.

79 V-

Les lits des fleuves s'abaissant, ces animaux couverts de ces fanges qui avaient consumé leur chair, ne gardaient plus les os, leur orga- nisme décomposé était tombé au fond de la concavité de leur empreinte et la fange vis- queuse s'était pétrifié : ainsi sont conservé là même des animaux qui ont laissé là leur em- preinte et leurs os.

80 r.

L'animal qui habite dans une coquille accroît

�� �