Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/208

Cette page n’a pas encore été corrigée


184 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

Grattant avec la patte, il découvre la tromperie, et, à l'odeur, il suit le chasseur. Celui-ci lâche un des petits et le tigre l'emporte et revient sur le chasseur jusqu'à ce que ce dernier monte en barque.

Catopleas. — Natif d'Ethiopie, près de Negrepont, le catopleas est un serpent moyen et paresseux, il a une tête si grosse qu'il la porte avec peine et la laisse pendre. Sans cette paresse il serait une peste pour l'homme, car, qui rencontre ses yeux, tombe mort.

De la province Arénaique, pas plus long que douze doigts, il porte sur la tête une tache blanche semblable à un diadème. Comme le sifflement chasse tout serpent, par sa ressemblance de forme il ne se meut avec sinuosité, mais reste immobile.

24 V.

On dit qu'un basilic mort du coup de lance d'un cavalier, le venin courant sur la lance, non le cavalier mais le cheval mourut. Il gâte les blés et non seulement ceux qu'il touche, mais là où il souffle, il sèche l'herbe et brise les pierres.

�� �