Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/206

Cette page n’a pas encore été corrigée


182 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

l'herbe tout droit, tellement ses lèvres sont longues qu'ainsi il la touche.

Il a la jambe d'un seul morceau et pour dormir il s'appuie à un arbre ; les chasseurs scient l'arbre, il tombe et on le prend ; il n'y a pas d'autre moyen, car il est d'une incroyable vélocité à la course.

Bonase (bison). — Le bison naît en Péonie. Il a les crins du cheval et pour le reste res- semble au taureau, sauf que ses cornes sont placées en arrière et qu'il ne peut foncer. En fuyant, il jette de la fiente toutes les quatre cents brasses et, si on touche cette fiente, elle brûle comme du feu.

Les félins tiennent les ongles dans leurs gaines et ne les sortent que pour la chasse ou la défense.

Lionne. — Elle défend ses petits. Pour ne pas s'efFrayer des épieux, elle baisse les yeux à terre, afin qu'en sa fuite ses petits ne soient pas prisonniers.

Lion. — Ce terrible animal ne craint rien autant que le bruit des charrettes vides et le chant des coqs : leur crête aussi l'effraye.

Panthère, en Afrique.

�� �