Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/201

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI I77

Ainsi fait l'ennemi de la claire vertu qui ne peut se tenir devant elle, si on ne l'y force, avec un esprit gonflé.

17 V.

Chenille. — De la vertu en général.

La chenille qui tisse autour d'elle, avec un art admirable et un subtil travail, sa nouvelle habitation, en sort avec des ailes peintes et belles et par elles s'élève vers le ciel.

Arai'onée. — L'araignée enfante la toile artistique et magistrale qui lui rend pour bénéfice la proie promise.

Aucune chose n'est plus à craindre que la mauvaise renommée.

La F'atigue fuit avec la Renommée dans ses bras, presque cachée.

18 r.

Lion. — Cet animal éveille avec un cri tonnant ses petits, le troisième jour de leur naissance et leur apprend l'usage de leurs sens engourdis et les bêtes de la forêt s enfuient.

On peut les assimiler aux enfants de la

�� �