Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/174

Cette page n’a pas encore été corrigée


IÇO LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

la terre et les cîmes sont d'autant plus éloi- gnées de la mer qu'elles s'élèvent davantage au-dessus de son niveau. Donc, si le monde ne ressemblait pas à l'homme, comment l'eau marine, tellement plus basse que les monta- gnes, pourrait-elle, par sa nature s'élever à leur sommet. 11 est probable que la même raison qui retient le sang au sommet de la tête de l'homme, retient l'eau au sommet des monts. Du chaud dans le monde et... — Où il y a vie, il y a chaleur et où il y a chaleur utile, il y a mouvement d'humeur. Et si le chaud meut l'humide, le froid le congèle. On voit, du reste, l'élément igné attirer à lui les va- peurs, les sombres brumes, les épais nuages qui s'élèvent des mers, des lacs, des fleuves et des vallées. Ainsi attirés, ils montent à la région froide, leur première partie s'arrête, le chaud et l'humide ne pouvant se mêler au froid et au sec : cette partie arrêtée s'augmente des autres et forme avec elles les nuées ; et portées par les vents d'une région à l'autre, leur densité les rend lourdes et elles tombent en pluie ; si la chaleur solaire agit en surcroît les nuages attirés plus haut dans la zone froide s'y congèlent et cela produit la grêle.

�� �