Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/159

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI 13^

[Pourquoi la balle est chassée plus loin par l'arc que par l'arbalète de grande longueur ?

30 r.

Quand l'arbalétrier à cheval tend son arme, il donne du pied au cheval, avance avec promptitude la poitrine et tend les bras avec l'arbalète. Quatre mouvements se combinent ainsi pour le mouvement d'une flèche, celui du cheval, celui de la poitrine, celui des bras qui se jettent en avant de la poitrine et celui de la corde.

Autant tu mettras de force à bander ton arbalète, autant elle en aura à la détente.

30 v.

De la torce de l'homme.

L'homme tirant un poids en équilibre avec lui ne peut tirer que selon son propre poids.

La plus grande force que l'homme puisse déployer, est ce qu'il obtiendra en mettant ses pieds sur un plateau de la balance et en s'arcboutant des épaules à un mur, il soulè- vera autant que son propre poids.

�� �